Logo

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

adnews
  • E-commerce et e-paiement
  • Pays-Bas
  • États-Unis

Paiement par selfie : MasterCard teste l’identification biométrique en ligne

MasterCard teste une fonctionnalité de reconnaissance faciale pour authentifier les paiements en ligne aux Pays-Bas et aux Etats-Unis. Les supports mobiles contribuent ici à renforcer l’identification des porteurs en intégrant un facteur complémentaire, voire destiné à remplacer les mots de passe.

Un partenariat entre MasterCard, International Card Services (ICS) B.V. et ABN AMRO, permet à 750 porteurs néerlandais d’authentifier leurs transactions en ligne grâce à leurs empreintes digitales ou par reconnaissance faciale. Un test d’une durée de trois mois vient d’être lancé. Aux Etats-Unis, ce sont environ 200 employés de la First Tech Federal Credit Union qui expérimentent en ce moment ce dispositif.

Une fois l’application MasterCard Identity Check (iOS et Android) téléchargée, les enregistrements s’effectuent sur un site partenaire, rôle tenu par ICS aux Pays-Bas. Un code est alors envoyé aux futurs utilisateurs par e-mail pour activer le service.

Au moment du paiement, un pop-up s’affiche sur mobile invitant les utilisateurs à choisir d’authentifier leurs transactions au moyen de leurs empreintes digitales ou d’un « selfie ».

Notre Analyse : MasterCard accélère sur la biométrie

L’intérêt de MasterCard pour la biométrie a de longue date été démontré. En juillet, le réseau parlait déjà de tester cette fonctionnalité auprès de 500 personnes. Pour contourner l’usage de photos pour contrefaire les paiements, un clignement des yeux sert à prouver que l’utilisateur est « réel ». Pour ce qui est du stockage des données biométriques, MasterCard précise par ailleurs qu’elles ne sont pas archivées telles quelles.

Ces tests s’ajoutent à plusieurs services en cours d’expérimentation. Notamment, ceux effectués en partenariat avec la start-up canadienne Bionym et la Royal Bank of Canada, autour d’un bracelet d’authentification basé sur le rythme cardiaque de son porteur, Nymi (Observatoire de novembre 2014).