Logo

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

adnews
  • Dématérialisation
  • Ingénierie sociale
  • Belgique

Cartes restaurant : bons résultats pour Monizze en Belgique

Monizze, société appartenant depuis mi-2015 au Groupe Up (Chèque Déjeuner), progresse sur le marché des titres-restaurant avec une approche 100 % dématérialisée. Un succès propre au marché belge où le nouvel entrant a profité de l’obligation légale de passage aux titres électroniques.

Monizze constate une progression de 60 % de son volume d’émission de cartes, au-delà de ses prévisions qui tablaient sur 40 %. La société annonce aussi une augmentation de 84 % de son chiffre d’affaires entre 2015 et 2016 et fait état de 200 000 cartes actives, pour 13 500 clients.

En Belgique, elle bénéficie d’un contexte favorable du fait notamment de la mise en place de la version électronique de ces Titres Spéciaux de Paiement depuis 2015, en remplacement des titres papier. La valeur maximale des titres a été fixée à 8 euros (contre 7 pour la version papier), augmentant naturellement les montants d’émission.

En complément des titres-restaurant, Monizze propose aussi des éco-chèques électroniques, un moyen de paiement dédié aux achats écologiques et durables, dématérialisé sur la même carte que le titre restaurant. Cette option aurait déjà séduit 23 % de ses clients.

Notre analyse : Monizze challenge les acteurs historiques sur un marché favorable

Monizze gagne du terrain en Belgique (10 % de parts) bien que le marché reste dominé par Edenred et Sodexo, deux acteurs plus anciens. En Belgique, 1,9 million de personnes recevraient des titres-restaurant et 1,45 million des éco-chèques.

Cette année, le groupe Up (via Monizze) a fait l’acquisition de la société European Payment Solution (EPS), filiale opérationnelle de PayFair. Cette transaction a permis à Monizze de capter de nouveaux commerçants et de développer ses services autour de la promotion et de la  personnalisation.

A noter que sur le marché belge des partisans du report des montants des titres-restaurant et éco-chèques sur salaire font du lobbying auprès du gouvernement, jusqu’ici sans succès.

Le succès de Monizze est représentatif du choix du gouvernement belge d’imposer les titres électroniques, qui a permis à des acteurs alternatifs d’entrer avec succès sur le marché, aux côtés des poids lourds. A l’inverse, en France, le choix de faire coexister titres électroniques et papier a considérablement ralenti l’adoption du titre électronique. A cet égard, Resto Flash, nouvel entrant sur le marché, a déposé une plainte auprès des autorités de la concurrence.